conseiller financier et bureau

Conseiller financier : comment en trouver un bon ?

Conseiller financier : comment en trouver un bon ?

 

Pourquoi parler du rôle d’un conseiller financer dans un site internet dédié à l’immobilier locatif ?

Ce métier, aussi appelé celui de banquier ou conseiller bancaire, est censé accompagner son client (vous).

Son rôle est de vous donner des conseils dans votre patrimoine financier.

Votre situation financière est constituée à la fois de produits tels que des livrets, des assurances-vie, et autres comptes d’épargne.

Et ce patrimoine pourrait bien inclure de l’immobilier également, il y a donc un lien direct.

Cet article est là pour vous aider à mieux gérer vos finances personnelles, vos investissements et la façon de vous faire accompagner.

Puisqu’en France, il est obligatoire d’avoir un compte en banque, et par conséquent, vous obtenez un chargé de clientèle, qui est un banquier.

Vous ne l’avez pas vraiment choisi, cet interlocuteur est finalement une solution de facilité pour obtenir des conseils de professionnel…

Et comme il y a de grandes chances pour que vous n’ayez reçu aucune information quant à vos finances lors de votre parcours scolaire, vous êtes naturellement enclin à vous en remettre à ce conseiller.

Voire à ne solliciter personne, si dans votre famille on ne vous a pas non plus sensibilisé à ce sujet un peu tabou qu’est l’argent.

Dommage…

Que devez-vous faire ?

Comment comparer si la personne en face de vous est compétente ?

Car on ne peut se rendre compte d’un bon choix qu’a posteriori, et après une certaine durée…

Quels sont donc les pièges à éviter ?

Voyons cela ensemble dans cet article.

 

Conseiller financier : introduction

L’objectif de cet article est de vous aider à obtenir des conseils fiables pour vos finances et vos investissements.

L’idée est d’optimiser la rentabilité de vos investissements, de vous sécuriser, de vous sensibiliser à l’investissement et surtout à l’immobilier, tout en évitant les erreurs.

Cet article est pour vous si :

  • Vous cherchez des conseils, et un conseiller financier qui vous suive dans la durée
  • Vous avez déjà un conseiller, votre banquier par exemple, mais songez à en changer, ou vous assurer que vous êtes bien accompagné
  • On ne vous a jamais expliqué quoi faire de votre argent (gagné au travail, économisé ou hérité), et que vous avancez seul, un peu à l’intuition.

Pour ma part, je faisais partie de cette dernière catégorie, et je vous livrerai au passage ce que j’ai réussi et ce que j’ai raté, car le vécu… Il n’y a rien de tel.

 

Un conseiller financier est un professionnel qui vous facture

Si vous cherchez à acheter une voiture et que vous n’y connaissez pas grand-chose, vous allez devoir vous informer par vous-même pendant de longues heures.

Et vous rendre dans des concessions.

Le choix que vous allez faire représente un budget conséquent, et vous engage pour plusieurs années.

Même s’il n’est pas irréversible puisque vous pourrez toujours revendre si besoin mais peut-être avec une moins-value, ce qui n’est pas le but.

Vous avez donc le choix entre :

  • tout faire par vous-même : décider pour un véhicule neuf ou d’occasion, lire les revues spécialisées, des comparatifs, parcourir les petites annonces en ligne, demander éventuellement à votre entourage…
  • ou alors, si vous souhaitez des conseils de professionnel, vous allez devoir vous rendre dans des concessions automobiles

Là où un vendeur va vous accueillir et vous conseiller.

Vous savez en poussant la porte qu’il y a conflit d’intérêt : le vendeur ne gagne sa vie que s’il conclut une vente.

Donc ses conseils seront forcément orientés.

Eh bien c’est parfois un peu pareil pour un banquier, ou un conseiller.

Il peut avoir un intérêt direct à vous conseiller tel ou tel produit, par exemple s’il touche une commission dessus.

D’ailleurs, saviez-vous que dans plusieurs pays, comme nos voisins le Royaume-Uni, les Pays-Bas, et aussi certains pays scandinaves et l’Australie, il est interdit à un conseiller financier de toucher des commissions ?

Dans ces pays en effet, seuls les conseillers financiers indépendants sont autorisés, ceux qui ne facturent que des honoraires.

Quant à la France, selon la dernière étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), 95% des Conseillers en Investissement Financiers ne sont pas indépendants au sens réglementaire.

Par exemple, pour une assurance-vie, votre conseiller financier se rémunère largement avec la majeure partie des frais sur versements que vous payez.

Un conseiller financier intéressé par ses commissions peut donc n’avoir strictement aucun intérêt à vous orienter vers tel produit, car il ne toucherait aucune rétribution en retour.

Avez-vous déjà eu un banquier qui vous conseille d’investir dans l’immobilier ancien ?

Il y a de grandes chances que non.

Car zéro commission pour lui.

En revanche, s’il existe un partenariat entre la banque et le promoteur qui vend des programmes neuf, le conseiller financier vous orientera vers du Pinel

Quand bien même l’immobilier ancien serait bien plus adapté et pertinent à votre profil et vos objectifs.

Justement, vos objectifs, parlons-en.

 

Définissez vos objectifs

Dans la vie, on est souvent accaparé par sa situation professionnelle, le fait d’avoir un travail satisfaisant, et de gagner de l’argent, ses projets personnels…

Paradoxalement, les choix que vous allez faire pour vos investissements et vos placements sont ceux qui vous engageront sur les durées les plus longues : immobilier, assurances-vie, placements pour votre retraite…

Et ce sont souvent ces décisions stratégiques sur lesquelles nous passons très peu de temps.

Par facilité, on s’en rement un peu au destin, et à un conseiller financier qui a l’air sympathique.

Et quelqu’un qui nous inspire confiance.

La première étape ou le premier travail que vous devrez faire pour trouver un bon conseiller financier, c’est déjà de vous demander quels sont vos objectifs :

Préférez-vous la sécurité totale, l’absence de risque dans une durée longue ?

Avez-vous une sensibilité pour tel ou tel domaine, comme l’immobilier locatif ?

Avez-vous une aversion à certains placements, comme la Bourse que vous pourriez estimer trop risquée (à tort peut-être) ?

Cherchez-vous une forte rentabilité, comme du 10% net ? Et savez-vous quelles pistes s’offrent à vous, et quelle dose de risque cela engendre ?

Posez-vous d’abord ces questions, et faites préalablement vos propres recherches afin de voir de quelle manière un conseiller financier vous répond.

Une façon simple d’utiliser votre argent : bien choisir ses investissements, puis les conserver dans la durée, sans s’y intéresser, ni rien changer.

Voire en les oubliant, et en faisant simplement un rapide point chaque fin d’année pour faire d’éventuels arbitrages.

 

Trouvez un conseiller financier qui facture à l’heure

Si certains professionnels sont commissionnés, donc avec des conseils potentiellement moins objectifs et pertinents pour vous, d’autres vous facturent à l’heure.

Vous vous posez des questions ? Ils sont là pour vous donner leurs réponses.

Vous payez un montant fixé à l’avance, voire payé à l’avance.

Point barre.

Cette heure, ou ce pack d’heures peut vous aider à vous fixer des objectifs, à vous donner des idées, à élaborer un plan d’actions.

Et surtout vous avez affaire à un regard extérieur, nouveau, qui ne sait rien sur vous que ce que vous lui partagerez.

C’est une bonne façon de comparer plusieurs conseillers.

Voici une liste de questions que vous pouvez lui poser :

  • Dans quoi avez-vous investi vous-même ?
  • Que conseillez-vous à vos proches, aux membres de votre famille ?
  • Quel profil avez-vous : risque, sécurité ?
  • Avez-vous des clients que je puisse contacter pour avoir un avis ?

 

Liste des professionnels qui peuvent vous donner des conseils pertinents :

Voici une liste de personnes que vous pourriez contacter assez facilement, et très souvent localement :

  • Votre banquier, ou conseiller clientèle
  • Un expert-comptable, idéalement spécialisé en LMNP
  • Un conseiller en gestion de patrimoine indépendant : CGPI.
  • Un avocat fiscaliste
  • Un notaire

Certaines professions sont très encadrées, comme les notaires.

Certains métiers nécessitent une inscription à un registre national, comme d’un numéro ORIAS pour les courtiers.

L’ORIAS : Organisme pour le Registre unique des Intermédiaires en assurance, banque et finance.

Ou alors :

D’un numéro CIF (Conseiller en investissement financier).

D’un rattachement à une chambre professionnelle agrée par l’AMF (Autorité des marchés financiers)

D’une responsabilité civile professionnelle

D’un numéro d’enregistrement de la carte de transaction immobilière.

En tant que chasseur immobilier, je fais partie de cette dernière catégorie, détenteur de la carte T.

Même si c’est davantage l’opérationnel qui m’intéresse, c’est-à-dire la concrétisation sur le terrain.

Et même si mon expérience et la centaine de transactions que j’ai effectuées qui pèsent bien plus lourd que cette carte professionnelle.

 

 

Exemple de conseiller financier dont vous devriez vous méfier  :

Il vous montre la courbe de Friggit en vous expliquant que tel actif est en surchauffe, sur le point de s’effondrer.

C’est mauvais car ce n’est souvent que théorique.

friggit
friggit

Tel autre conseiller ne vous propose que des produits ‘exclusifs’…

Entendez par là que ce ne sont que des produits proposés par leur propre banque.

Alors que vous pouvez facilement obtenir un produit équivalent, voire meilleur et pour un prix moins élevé…

Un conseiller vous propose un placement ‘tunnel’ pour votre retraite, sans vous donner tous les enjeux.

Ce genre de placement vous impose des contraintes fortes, puisqu’il vous ne pourrez récupérer votre argent qu’après de longues années.

Puis de toucher votre argent sous forme de capital, ou de rentes mensuelles.

Or, dans la vraie vie tout change tout le temps : fiscalité, aléas de la vie, taux d’intérêts, etc.

Donc ce genre de placement est souvent plus avantageux pour la personne qui vous le propose, que pour vous-même.

 

Devenir son propre conseiller financier

Deux exemples qui vous montrent l’intérêt pour vous d’être avisé, et 100% autonome :

Des études ont montré que vous pouvez obtenir une rentabilité meilleure en investissant par vous-même.

Directement, via internet, par exemple dans des secteurs indiciels.

C’est ce qu’on appelle les ETF : Exchange Traded Funds.

Ce sont des placements qui suivent les indices boursiers comme le CAC 40 ou le Dow Jones.

Les conseillers financiers et les placements proposés sont statistiquement moins rentables, même de la part d’établissements jugés prestigieux.

L’immobilier ancien est très souvent plus rentable que le neuf

Là encore, vous serez livré à vous-même si vous souhaitez investir dans la pierre, dans l’ancien.

sauf si vous vous faites accompagné par une société ou un chasseur immobilier, dont c’est le métier.

Mais quel conseiller financier va vous recommander ce genre de placements ?

De plus, très peu de conseillers financiers ont une expérience personnelle dans les investissements.

Bourse, immobilier locatif ancien, ETF, investissement en DCA…

Rien ne remplace l’expérience.

 

En conclusion sur les conseillers financiers

Si vous cherchez vraiment un conseil professionnel, alors ce sont les indépendants que vous avez intérêts à cibler.

C’est-à-dire ceux qui vont vous facturer de façon ponctuelle.

A l’inverse, les employés et non-indépendants qui sont rémunérés à la commission sont les moins susceptibles de vous aider de façon désintéressée, et objective.

Mais le mieux, vous l’avez compris, reste de vous informer, et de vous former par vous-même.

Car on ne peut pas en vouloir à ces professionnels, qui finalement ne font que leur travail.

C’est plutôt le système qui est inadapté…

Comme en témoigne le fait qu’un métier soit largement répandu dans certains pays, mais interdit dans d’autres.

Donc au lieu de chercher un conseiller fiable, devenez vous-même un expert.

Vos finances sont un sujet trop important pour que vous le confiiez à un tiers.

Les sources telles que les blogs, YouTube, les livres papier ou les livres audio sont des sources de grande valeur.

Je vous invite par exemple à jeter un œil à la chaîne et aux vidéos de Thami Kabbaj.

Cet ex-trader et spécialiste financiers vous offre gratuitement ses analyses et son avis sur la situation économique.

Il vous invite constamment à gérer vos finances par vous-même.

En cliquant sur le lien ci-dessous vous verrez notamment :

Investir en bourse : un particulier peut-il battre les meilleurs traders de Goldman Sachs ?

Quant à l’immobilier, ce blog que vous parcourez est là pour vous aider à vous informer, vous sensibiliser.

Pour que vous soyez autonome également dans ce domaine fondamental.

Et vous ?

Quel degré de connaissances avez-vous en matière d’investissements ?

Dites-moi dans les commentaires ci-dessous vos retours d’expérience.

 

Stéphane Lejeune
Chasseur immobilier
Carte professionnelle T n° CPI 6901 2015 000 001 234 CCI de Lyon
conseiller financier et bureau
Conseiller financier
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :-)

4 commentaires sur « Conseiller financier : comment en trouver un bon ? »

  1. Complètement d’accord avec toi. Beaucoup choisissent leur banquier comme conseiller par facilité et parce que cela semble gratuit mais on le paye bien plus cher à l’arrivée.
    J’ai un expert-comptable et un notaire en lesquels j’ai confiance et qui m’apportent toujours d’excellents conseils. Pour le choix des investissements, je me fais confiance.
    Pour répondre à ta question, j’estime avoir un niveau de connaissance confirmé en investissement ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code